Back from Deauville

Pour la deuxième année consécutive, je me suis rendue à Deauville pour le Festival livres et musiques qui se tenait du 16 au 18 avril. La première fois, Gallimard Jeunesse était l’éditeur invité du salon, cette année, La légende de Lee-Roy Gordon faisait partie de la sélection pour le prix ados auquel ont participé 2800 collégiens. Et je peux dire sans fayotter que les deux années, l’expérience a été vraiment super. Organisation et accueil chaleureux (un grand merci à Raphaëlle Rivière et Camille Cikala, et merci aussi à David Ezvan de la Librairie du marché, qui nous a accueilli sur son stand), rencontres très sympas avec les élèves, les professeurs, les documentalistes et les autres auteurs jeunesse.

Je reviens sur les rotules, mais ravie et d’humeur enjouée. Encore une belle démonstration du fait que les romans et livres jeunesse vivent grâce à l’investissement de professionnels passionnés. C’est grâce à eux que naissent les échanges, les rencontres, les débats… C’est une chose très précieuse, et j’en suis tout simplement émue.

Maintenant, place à l’image, histoire de vous impressionner de ouf avec mes talents de photographe (et parce que quand même, j’ai réussi à trouver comment faire pour intégrer mes photos Instagram dans mon blog. Ça mérite clairement des louanges !). Comme vous le voyez ci-dessous, le thème choisi pour cette année était l’Italie…

Le festival se tient tout près de la plage, l’occase d’aller prendre des photos que TOUT le monde à déjà faites #tourisme. Mais bon, ça fait tellement plaisir de se balader près des vestiaires de stars en essayant de repérer celles que l’on connaît.

En plus il a fait plutôt beau, malgré une grosse averse à notre arrivée.

parasoles de Deauville

Les parasols vont se coucher

Deauville

La plage est costumisée (il y avait aussi un petit bateau, une locomotive, un ballon…)

Alors que l’année dernière, les dédicaces se tenaient au Centre international de Deauville, nous étions accueillis cette fois à la Villa Le Cercle. J’étais assise à côté de la charmante Caroline Hurtut, qui dessinait tout un tas d’instruments de musique pour les élèves qu’elle allait rencontrer lundi. Il y avait aussi l’auteur-illustrateur italien Tullio Corda, avec qui j’ai exploré les rues de Trouville, Françoise de Guibert qui est super lol, Malika Ferdjoukh que j’admirais déjà avant d’être publiée #fangirl, tous mes cools camarades nominés au prix ados (j’en parle plus bas) et bien d’autres. L’ambiance était vraiment chouette… Je m’arrête là parce que c’est peut-être un peu pénible les tirades genre « tout le monde il était troooooop sympa », mais je vous assure que c’est vrai, tout le monde il était trop sympa ! Bref, pour avoir toute la liste des gens sympas, c’est .

Villa Le Cercle

La Villa Le Cercle.

Durant le samedi et dimanche, j’ai eu la visite de quelques collégiens qui ont participé au prix ados. J’ai même eu le droit de dédicacer ce joli poème écrit par des élèves (j’ai essayé plusieurs fois d’embarquer la feuille tellement je l’ai trouvé cool #cestmal).

Poème pour Lee-Roy

Merci à Nina et Marie pour ce très chouette poème, et à toute leur classe de 3ème !

On a fait une petit séance de dédicaces sur les planches dimanche matin. C’était marrant, mais pour être tout à fait honnête, on était un peu congelés !

Dédicaces sur les planches

Avec Charlotte Bousquet, emmitouflées dans nos manteaux (j’ai piqué la photo sur le Facebook de la ville de Deauville, elle est de Naïade Plante)

Les choses se sont corsées un peu lundi matin, avec la cérémonie de remise du prix ados. Comme je le disais plus haut, ce prix rassemble 2800 collégiens qui doivent départager trois romans et une bande dessinée. En plus de La légende de Lee-Roy Gordon, étaient sélectionnés : La où tombent les anges (Charlotte Bousquet), Blue Bird (Tristan Koëgel) et Glenn Gould, une vie à contretemps (Sandrine Revel). La cérémonie était animée par Fred Ricou, rédacteur en chef du site Les histoires sans fin. En tout, 1800 personnes assistaient à la cérémonie, dont 1500 dans le grand amphi du Centre international de Deauville. Avec mes trois camarades, on ne faisait pas les fiers sur notre estrade, d’autant qu’il nous fallait répondre aux questions de Fred, et à celles des élèves.

Photo également piquée sur le Facebook de la ville de Deauville ©Naïade Plante

Photo également piquée sur le Facebook de la ville de Deauville ©Naïade Plante

Photo de groupe

De gauche à droite: Charlotte Bousquet, Tristan Koëgel, ouam, Sandrine Revel et Fred Ricou.

Finalement, tout s’est bien passé. C’est Tristan qui a gagné le prix (et en bonus, une petite statuette en forme de clé de sol), félicitations à lui  ! Chaque intervention a été entrecoupée de performances musicales, dont celles d’un jeune pianiste talentueux qui nous a joué du Chopin, de trois collégiennes qui ont interprété une chanson de leur cru et dédiée à Là où tombent les anges ou encore du groupe WE ARE MATCH.

Ce dernier a donné un mini concert à la fin et là, l’ambiance est vraiment devenue magique. Les collégiens ont allumé la fonction torche de leur portable et ça donnait ça :

Remise prix Ados DeauvilleEt comme je suis devenue une grande malade de la technologie, j’ai même fait une petite vidéo :

S’en est suivi une séance de dédicaces et des rencontres avec des groupes d’une centaine d’élèves. J’en profite ici pour les remercier pour leurs questions dont certaines m’ont bluffé (« ah… Je n’avais jamais réfléchi à ça… »), leur intérêt, et aussi pour leur comportement car 100 personnes dans une salle, ça peut vite tourner à la cacophonie. A ce stade je voudrais faire une petite dédicace personnelle à Gilliane et Aurégan. Il s’agit de deux jeunes filles que j’ai rencontrées l’année dernière à Deauville et à qui j’ai signé les deux tomes de Lola Frizmuth. Je ne les avais pas reconnues jusqu’à ce que Gilliane me le signale et là, lumière, je les ai revues, un an plus tôt, devant ma table de dédicaces. Je suis hyper honorée qu’elles soient revenues me voir et je les embrasse toutes les deux.

Le Mardi matin, de nouvelles rencontres ont eu lieu au lycée André Maurois de Deauville. J’y ai retrouvé Maryline Targat, documentaliste, que j’avais également vu pour la première fois l’année dernière. C’est elle qui m’a accompagné face à mon charmant groupe de 3èmes. Pour la première fois dans une rencontre, ce sont les garçons qui ont posé le plus de questions (la palme allant à Tom). Mais vous tous, timides comme bavards, sachez que j’ai passé une belle matinée en votre compagnie ! Mon dernier mot sur cette journée sera pour Inès, une jeune fille de 5ème que je n’ai pas eu la chance de croiser, mais à qui madame Targat m’a fait dédicacer un exemplaire de Lee-Roy Gordon. N’hésite pas à me faire un coucou sur mon Facebook ou sur ma messagerie, ça me fera plaisir :D.

Enfin, et pour conclure, je voudrai également dire un mot de la Woody Kids Galerie, dont le stand était juste en face du notre à la Villa Le Cercle. Comme je l’ai déjà dit sur Facebook, j’ai eu un vrai coup de cœur. Ils vendent des originaux de dessinateurs jeunesse (notamment Pef, Charlotte Roederer, Tullio Corda, Lucie Albon, etc etc) et je trouve que c’est juste une idée géniale pour faire un cadeau unique et original à un enfant. En plus, Ida et Romain qui tiennent la galerie sont juste super cools. Du coup, j’ai acquis un dessin de Lili Graffity sur lequel j’ai flashé grave (voire ci-dessous).  Franchement, allez voir leur site, c’est extra.

Lily Scratchy

Ah j’adoooooore !

Voilà voilà, je me suis beaucoup étalée et je m’en excuse. Même si je ne peux pas écrire un mot personnalisé pour chacun (ça fait des heures que je suis sur ce post), j’aimerais dire encore une fois merci à tous ceux que j’ai croisé à Deauville, ados et adultes. Merci pour leur accueil, merci pour leur énorme travail et investissement. Je me souviendrai longtemps de ce festival !

Je vous embrasse !

Rpondre Back from Deauville

Leave a reply

Basic HTML is allowed. Your email address will not be published.